Le gouvernement américain craint que Kaspersky ne soit le cheval de Troie de Moscou. e retirer la société russe de la liste des vendeurs agréés par le bureau chargé des achats du gouvernement fédéral américain (GSA). Par conséquent, Kaspersky était donc considéré depuis le début de l’été comme un logiciel espion du Kremlin. Des liens étroits entre le fondateur de Kaspersky et le Kremlin ? C'est en tout cas ce que crains Elain Duke, secrétaire par intérim de la Sécurité intérieure des Etats-Unis. En effet, la solution d'antivirus créée par la société russe est installée sur tous les ordinateurs du gouvernement américain et des agences fédérales. Et elle n'a donc pas perdu de temps pour prendre des précautions : Sous 90 jours, tous les fonctionnaires fédéraux doivent avoir désinstallé le logiciel de leur poste. Plus : la société Russe s'est vue retirée de la liste des vendeurs agréés par le bureau des achats du gouvernement américain

Abonnez-vous gratuitement à notre magazine pendant la phase de lancement, recevez toutes les infos par email 2 fois par mois et profitez de nos contenus premium.

Abonnez-vous Connectez-vous