L'officiel du Growth Hacking ! News Tips & Tools

« Cliquez ici pour maitriser la puissance du Growth Hacking en intégrant notre Hackademy ! »

Facebook durcit son algorithme et sévit l’engagement artificiel

Depuis le 18 décembre 2017, la plateforme déploie une nouvelle mise à jour concernant les pages aux engagements non naturels. Fini la triche pour obtenir des votes, partages, commentaires ou toute autre forme d’engagement sur ses pages Facebook. Le réseau social à annoncé vouloir mettre un terme d’ici quelques semaines, à la pollution des fils d’actualité via les pages qui ont tendance à « quémander » un engagement de la part de l’utilisateur.

Cette pratique qui consiste à augmenter son engagement de manière « artificielle » se nomme « l’engagement bait ». C’est le fait de publier des contenus réclamant un quelconque engagement de l’utilisateur par une action. Par exemple, taguer un ami ou encore partager la publication, tout ceci est évidemment dans le but d’augmenter son taux de réaction, sa visibilité sur les files d’actualité et la portée de ses posts.

Des publications accrocheuses de type « like si toi aussi tu es tout le temps en retard » seront désormais rétrogradées dans l’algorithme de Facebook afin de permettre une meilleure égalité des chances envers les pages aux contenus plus authentiques. Telles seront les mesures prises par le réseau social, qui se concentrera sur 5 types d’engagements qu’il considère comme « fake » :

  • Le vote baiting : contenu visuel incitant les utilisateurs à voter via une action d’engagement. Exemple : « Votez pour…. ! »
  • React baiting : publications qui encouragent les internautes à réagir au contenu. Exemple : « Like pour Shakira, Love pour Beyoncé »
  • Share baiting : inciter à partager un post pour participer à un concours ou autre jeu. Exemple : “Partage la publication pour participer”
  • Tag baiting : post qui incite à identifier un ou plusieurs amis en commentaires afin de décupler la visibilité de la page. Exemple :«Tag ton pote et il te devra un Macdo »
  • Comment baiting : inviter les internautes à réagir via les commentaires. Exemple : «  Commente « oui » si tu penses pareil »

Les community manager des pages d’infotainment ( = info-divertissement : médias qui fournissent un contenu à la fois informatif et divertissant) n’ont qu’à bien se tenir ! Plus possible de tricher pour booster le reach organique de ses post. Bon nombre de ses pages telles que Minutebuzz ou encore Melty utilisent ces pratiques, la plupart de ses pages sont créées par des amateurs dans le but de les revendre par la suite aux médias.

Comment va procéder Facebook pour contrer l’engagement bait ?

Le réseau social compte stopper ces pages qui ont tendance à booster la visibilité de leurs publications sans apporter de réelle valeur ajoutée au contenu éditorial, et ce grâce au machine learning. Il s’agit d’une catégorisation de milliers de « publications types » d’engagement bait, transmises à l’algorithme de Facebook afin qu’il analyse les points communs et apprenne à détecter ce phénomène d’engagement artificiel. Ce modèle ainsi capable d’identifier ces post, pourra automatiquement contrer le reach organique de la publication et ainsi empêcher qu’elle ne remonte dans le fil d’actualité de l’utilisateur.

 

Facebook veut aussi sanctionner certaines pages récidivistes.

La plateforme compte également pénaliser les pages qui abuseraient de cette pratique de manière trop récurrente. Ainsi Facebook ne s’attaquerait pas qu’aux publications mais aussi à la page concernée qui sera sanctionnée au cours des semaines à venir. Cette phase de pénalisation des pages ne se fera que dans un second temps afin de laisser les community manager s’adapter aux nouvelles bonnes pratique pour susciter de l’engagement. “Les administrateurs devraient concentrer leurs efforts sur le partage de contenus inspirants et de qualité”, estime Facebook.

Des exceptions à la règle ?

Facebook précise toutefois que certaines publications seront épargnées par cette mise à jour, notamment les contenus visant à demander de l’aide pour retrouver des personnes disparues, pour récolter des dons… Plus concrètement, voici 3 exemples de contenus qui ne seront pas impactés par le modèle de machine learning de Facebook :

  • Publications pour récolter des dons pour des ONG
  • Contenus réclamant des conseils, recommandations sur un sujet
  • Post incitant les utilisateurs à partager la publication suite à la disparition d’une personne.

Les internautes devraient se réjouir de cette nouvelle mise à jour et profiter d’un fil d’actualité plus « propre » et qualitatif en termes de contenus qui apparaitront cette fois-ci, de manière naturelle.

En revanche on se doute bien que les community manager et administrateurs des pages feront la grimace face à cette nouveauté. Il ne sera donc plus possible d’utiliser ces techniques d’engagement artificiel pour susciter et créer des contenus viraux. Ainsi, la seule solution pour se démarquer et obtenir une bonne viralité sera de publier du contenu intéressant, de qualité, au lieu de se reposer sur des pratiques trop faciles. La plateforme rappelle que cette mise à jour se positionne dans une suite logique de la mise en place de la réduction des liens amenant vers des articles aux titres « racoleurs ». C’est une démarche qui consiste à favoriser l’authenticité des publications et ainsi diminuer les liens vers les pages web à la qualité discutable.

 

Cet article est intéréssant ?
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles
(Vous n'avez pas encore voté pour cet article.)
1 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5

Intégrez notre hackademy d'excellence !

JE M'INSCRIS

Choisissez votre profil et recevez nos
Growth Books et Usecases exclusifs !

About the author

Emilie Gouttenoire

Leave a comment:


Growth Hacking Fr

GRATUIT
VOIR